YOUKWI

GEO K1FO : DE LA SURFACE DE LA TERRE (Introduction)

GEO K1FO : DE LA SURFACE DE LA TERRE (Introduction)
GNADOU ATHYTHEAUD

L’INTITULÉ DE LA PRÉSENTE CONTRIBUTION RENVOIE DIRECTEMENT À UN IMAGINAIRE À LA FOIS GÉOGRAPHIQUE ET GÉOLOGIQUE.

De manière transversale, l’énoncé suivant, « De la Surface de la Terre », invoque la Pierre, la Roche qui est en dessous, qui est contenu dans et appelle à une connaissance, à une irruption par la physique de ce qu’elle contient, de ce qui la constitue, de ce qu’elle est.

Alors que l’œil et l’ensemble des sens peuvent attester d’un espace que nous appellerons premièrement de manière grossière l’air dans lequel nous circulons par le biais d’une circulation sur un autre espace, le sol, auquel nous sommes attachés par la gravité, il est peu probable que le questionnement n’ait porté, pour la matière pensante, animale, végétale et peut-être même minérale -que sais-je ?- sur les deux composantes premières de son existence mobile ou immobile sur Terre : il y’a un sol, et il y’a ce qu’il y’a au dessus.

Le dit sol n’est pas forcément sous nos pieds, ou même solide, nous le verrons,

Mais l’existence éprouvé dudit sol contraint en quelque sorte, pour nous animaux non volants, à sa découverte, par la marche et l’observation solienne (le terme précis étant dhodhoïenne);

Comme l’existence de ce qu’il y’a au dessus du sol pousse les animaux volants au vol et à l’exploration aérienne (le vrai terme étant nôhghoïenne);

Comme l’existence de ce qu’il y’a sous la surface de l’eau, c’est-à-dire du sol liquide enclins les animaux nageants à une plongée sous-marine (le terme adéquat étant ‘gnouhienne);

Comme la réalité d’un sous-sol encourage les animaux creusants à une existence subsolienne (on parlera d’existence ghoulhyenne).

Sol Solide et Liquide;

Au dessus des sols solides et liquides;

Au dessous des sols liquides et solides;

Ainsi pourrait-on résumer la constitution « de la Surface de la Terre ».

Mais l’imprécision des termes dessert la clarification, visée de notre propos.

Sol liquide et sol solide, qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Le sol liquide et le sol solide dont nous parlons de manière peu ou prou impropre, c’est la Surface de la Terre, que les renseignements facilement glanés ici ou là vous feront lire que la surface de la Terre est recouverte à plus soixante-dix pour cent d’eau.

La Géologie, hénalogiquement recherche et étude de la pierre, de la roche, ce qu’elle est et contient, recèle, et de ce qu’elle compose et constitue -le sol, le sous-sol et ce qu’ils contiennent- étudie la roche en elle-même, comme le rapport de la roche au monde-temps-fait, donc son externéité, à défaut de comprendre le sens, la logique et la volonté de la roche même ou de ce qui la fait.

Pour comprendre la roche, la pierre, le Géo en son internéité, sens véritable, pensée, logique, et même volonté (la roche a t-elle voulu être là, ou veut elle être là, tout comme hommes avons-nous voulu être là, notre volonté de vie est-elle notre autodétermination autogénétratrice de notre propre existence ?

Si nous ne nous sommes voulus par la volonté de nous faire, est-il possible que notre existence soit notre volonté d’être et exister de telle sorte que l’on a voulu être dès lors que nous sommes et que si nous ne pouvons nous imputer la volonté de notre formation, notre formation entérine notre volonté de vie, ce de telle sorte pour ce qui douterait de la rationalité de la présente volontaire digression qu’il est marqué dans le Code Pénal qu’un individu ne peut identifier sa naissance à un préjudice dont il pourrait demander réparation) ?

Nous voyons donc que non source de la volonté première d’être, nous sommes, donc voulons être et nous le savons car notre pensée comme notre cœur nous indique que nous ne voulons pas ne pas être, et que nous ne cessons d’être jusqu’au bout, choisissant pour nous-mêmes, BIOLOGIQUEMENT, sans le vouloir, d’être de telle sorte que même détenus dans les pires conditions mais maintenus dans un état de nutrition minimale, le corps se maintient à la vie, contre le sens commun qui voudrait que l’humain se détourne de l’inhumaine vie; il faut alors une volonté suprême pour que l’esprit se détourne de l’entretien, du maintien de ses fonctions vitales, et donc celles de son corps, qui ne lui est plus d’aucune utilité propre, ni soutien, ni source d’espoir ou d’honneur.

MENTALEMENT, lorsque nous ne voulons plus être et que la volonté se fait elle-même par son application -auquel cas elle ne serait pas, puisque non volonté mais simple souhait- tout est voulu pour l’être, par l’être lui-même et pour l’être lui-même par autrui et pour autrui donc par autre être ou pour autre être, y compris de ne pas être ou ne plus faire être.

Mais encore, l’existence a été et ne cessera pas car elle est une donnée, un fait permanent dès formation, qui ne cesserait parce qu’elle serait altéré ou attaqué en sa progression factuello-tempo-spatiale.

Car fait, moment, espace sont une même réalité, le fait, qui a quelque chose de terrible et magnifique en ce qu’il est unique -l’on ignore encore si il est duplicable ,y compris à l’infini, ou du moins jusque ce qu’il y’ait un fait qui ne lui permette plus de se répéter selon les précédentes modalités de répétition et même selon les modalités d’effectivité qui était sien, et c’est l’étude des sciences à vocation prédictive d’étudier le passé( les faits précédant le fait d’étude de tout fait précédant et « intéressant » le dit fait d’étude) afin notamment d’évaluer les modalités d’évolution du Fait général, des faits particuliers par rapport au Fait général, qui est l’ensemble des Faits, internéiques (en l’internéité de chaque fait pensant, voulant, et partant, agissant) et surtout externéiques (en l’externéité, c’est à dire en les actes de chaque fait si ce n’est pensant, voulant et partant, agissant, au moins agissant, c’est à dire sans volonté ni pensée, mais peut-on dire alors qu’il est agent et non objet ?

Les objets sont-ils impropres pour être dits agissants ?

Qu’est ce qui distingue réellement le sujet/l’agent de l’objet, patient, eu égard à la réflexion que nous avons soutenue sur la volonté propre de chaque chose qui est ?

Pouvons-nous affirmer que tous ceux qui est veut, a voulu être, et veut faire, a voulu et voudra faire tout ce qu’il fait ou tout ce à quoi il participe ?

En quelque sorte, tout est-il voulu ? Précisons : tous les faits sont-ils voulus par les être les effectuant ou participant à leur effectuation ?

Comment peut-on déterminer pour tout fait les êtres qui y participent, qui le veulent et le font -être qui sont des faits, je suis un fait, vous l’êtes aussi, car nous avons été fait, et sans doute que nous sommes dits êtres car nous faisons, comme le chat fait, mais que fais-je, et que faites-vous qui fasses que vous, le chat et moi-même soient être et non l’extrait de bauxite; le chat, comme vous, comme moi-même faisant ce que nous faisons c’est à dire que nous vivons, donc nous sommes des êtres vivants, l’extrait de bauxite fait-il ce que nous faisons c’est à dire vivre ?

Comment pouvons nous dire qu’une telle chose vit et une telle autre chose ne vit pas sans savoir exactement ce qu’est la vie ?

La vie est-elle la formation, l’évolution et l’ensemble du processus d’entretien, de développement multi-directionnel selon le vivant en question, d’un être, qui alors qu’il est, se ferait en quelque sorte, lui-même de telle-sorte qu’il est une indépendance d’existence basé sur son propre fait de vie de telle sorte que, comme nous l’avons vu avec l’exemple de la personne maltraité maintenu à la vie contre son gré par le contentement minimal de ses besoins vitaux, la vie peut habiter un être qui ne le veut (plus).


La vie est-elle la formation, l’évolution et l’ensemble du processus d’entretien, de développement multi-directionnel selon le vivant en question, d’un être, qui alors qu’il est, se ferait en quelque sorte, lui-même d’une telle manière que le vivant aurait une indépendance d’existence plus ou moins forte à l’égard de la vie générale (c’est à dire l’existence générale ou le Fait général), au point que le vivant puisse se percevoir ou se savoir fait particulier, singulier, différent par (r)apport au fait général, de l’existence général et l’être, ou du fait ou de la volonté du Fait général comme il peut se percevoir singulièrement autre par rapport à l’existence, à l’être, à la volonté et au faire de tout autre être particulier.

Si tel est le cas, pouvons-nous déterminer si la pierre vit, en tant qu’elle est soumise au processus de vie évoquée plus haut, comme nous autres, hommes et chats, car vous qui me lisez êtes assurément un être humain et non un chat, les chats « vivant comme nous » mais on observant leur processus de vie, il est très ardu d’affirmer qu’ils peuvent lier sur un écran les publications quotidiennes de l’agence de presse K1FO, n’est-ce pas ?- pouvons nous déterminer que la vie des pierres est pour ainsi dire inférieure, autre vie, vie différencié, vie, mais autre fait de vie que le fait de vie qui semble nous affecter présentement.

La pierre est, mais vit-elle ? Et le poteau, n’est-il pas ?

La pierre donc veut elle être ? A t-elle une volonté ? At-elle un faire ? Son faire de vie est-il, et est-il discernable ? A t-elle une vie ? A t-elle une existence ? Est-elle ?

La digression précédemment notifiée ne répond sans doute pas directement aux interrogations ci-dessus.

Au moins a t-elle le mérite de dissiper les doutes sur la pertinence de telles interrogations, qui seraient victimes de la tartufferie intellectuelle et de la mauvaise foi scientifique si les présentes questions ne soulevaient débat que lorsque des résultats dues aux progrès technologiques permettaient comme cela est aujourd’hui le cas, de postuler que la matière dite inerte ne l’est pas tant que ça, et qu’il est même à propos d’affirmer le statut d’être vivant du minéral. À bon entendeur …


Voir d'Autres Sujets : YOUKWI

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés