YOUKWI

YOUKWI : Bonheur, ÊTRE et COMPLÉTION

YOUKWI : Bonheur, ÊTRE et COMPLÉTION
GNADOU ATHYTHEAUD

BONHEUR : État-Finalité de l’Existence, mais non pas de celui-ci état ultime, puisque état le bonheur ne peut être définitif mais soumis à l’altération, au remplacement, à la disparition.

L’altération, le remplacement, la disparition de l’état bonheur ne se faisant que par au moins un autre état qui état ne peut être définitif.

Le BONHEUR est le contentement de toutes les dispositions au moins de l’esprit (savoir-pensée-volonté/faire/être) plus que celles des impressions, de telle sorte que le bonheur, vécu subjectivement, est dans les faits objectif puisque objectif de vie, indépendamment de la perception ou de la volonté de l’être particulier.

Le bonheur est exclusif de tout autre état d’esprit; le bonheur se partage mais ne partage pas; le bonheur n’est vécu qu’en tant qu’il est réellement atteint, et non lorsqu’il est éprouvé; le bonheur vit mais ne se vit pas, car alors il est pensé et un autre état se dispute alors au bonheur, à savoir la réflexion de celui-ci, ce qui nie alors le bonheur qui est exclusif de tout autre état de la pensée.

Le bonheur a une vie propre, c’est pourquoi nous le cherchons, le rattrapons, le fuyons lui-même parfois ou les impressions que nous avons de lui parfois pour pouvoir penser justement, ou parce que nous ne sommes capable de faire un avec lui.

Le bonheur est extérieur non à nous mais à la vie pensée; penser le bonheur n’est pas le vivre, c’est vivre qui fait accéder le bonheur à la pensée.

Le bonheur, que nous avons posé comme extérieur à nous vit en réalité en nous, mais toute recherche internéique se faisant par la pensée multiforme, le bonheur n’apparaît pas en tant que tel à qui suspend sa vie, ou y attente, pour y parvenir.

Le bonheur est dans la variable vie qui fait que être, nous sommes dans et y vivons.

En quelque sorte, le fait de ne pas être non, ou dit plus prosaïquement le fait de ne pas ne pas être ni d’être un simple point dans l’espace tridimensionnel, mais le fait de prolonger par notre être le dit espace tridimensionnel dans lequel nous ne pouvons affirmer que nous n’évoluons pas au moins en lui, le fait de le prolonger par notre être, projection et pensée de l’espace même fait de nous être vivant.

Mais pouvoir vivre au-delà de soi-même et de l’espace-temps, comme de la dimension factuelle de la vie, dimension factuelle de la vie, qui est la vie même, et que nous faisons, pour penser le tout et lui rendre sa fermée complétude, cela est le propre de la complète femme, du complet homme.

Mais pouvoir Allier, créer sa complétude à la seule complétude ou promesse de complétude qui nous complète ou promet de nous compléter, comme nous le complétons ou sommes promis à le compléter, cela est la complétion parfaite, clef du bonheur en tant qu’elle peut former forme et esprit d’une future complétude issue de la complétion parfaite.

Future complétude issue de la complétion parfaite qui est la promesse voulue par ce qu’est le bonheur lui-même, à savoir l’atteinte de la complétion appelé à son tour à cultiver, mûrir, chérir et défendre, élever dans le sens de la complétude, et de la complétion véritable, bonheur, qui comme nous l’avons dit, est exclusif en soi des autres états de la pensée de l’être, n’est tourné que vers soi, donc pour la germe, la cultivation et la prospération par la vertu et la perpétuation de celle-ci.

Est cela le Bonheur.

Puisque n’est cela nulle autre autre chose, n’est Bonheur nulle autre chose.


Voir d'Autres Sujets : YOUKWI

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés