Amerique

RAS SUR LES RÉSEAUX : Après la Déclaration de Revenus, la Déclaration de Compte (Instagram) ?

RAS SUR LES RÉSEAUX : Après la Déclaration de Revenus, la Déclaration de Compte (Instagram) ?
GNADOU ATHYTHEAUD

LES ÉTATS-UNIS INSTAURENT UNE POLITIQUE DE CONTRÔLE DES VENUES SUR SON TERRITOIRE, qui franchit un cap dans l’acceptation du principe d’identité numérique.

En effet, il est désormais demandé aux candidats à l’obtention d’un titre de séjour valable sur le sol américain de renseigner le nom de leurs comptes sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Instagram et et cætera.

Si cette mesure a le don de ne pas surprendre les observateurs du protectionnisme défendu par le Président DONALD TRUMP, il met en lumière une réalité peu nouvelle qui pourtant a encore besoin de quelques décennies pour être parfaitement comprise par la population mondiale.

Notre propre identité n’est plus simplement singulière, métaphysique, sociale, administrative, bancaire, elle est désormais numérique.

La vie numérique étant à considéré au même stade que la vie singulière, métaphysique, sociale, administrative et pécuniaire, le tout formant un lot, qu’il est parfois difficile de pénétrer, ou même saisir, mais dont la connaissance participe de la connaissance de l’individu.

En ce monde instable et dangereux, ou les cercles de concernation restreint se disputent à d’autres cercles, sinon de plus en plus larges, de plus en plus confus, et ou l’on ne sait plus qui est qui ou qui était quoi, il n’est que bon sens pour le gouvernement américain d’aborder l’identité d’un inconnu cherchant à s’installer aux États-Unis.

D’ou la nécessité de l’appréhender en sa vie numérique, qui, et c’est le comble, permet souvent, alors qu’elle est la plus extérieur à soi et moins sécurisée de connaître l’ensemble de ses vies ou le fond de la sienne.

Bientôt, après le Relevé d’Identité Bancaire, le Relevé d’Identité Numérique ?

Les banques gardent nos revenus en leurs coffres mais peuvent être amenées dans le cadre d’une enquête de « briser » le secret bancaire pour transmettre certaines informations utiles, et même dans certains cas, de geler les avoirs détenus en leurs coffres et systèmes.

Les banques de données stockés par les grandes firmes technologiques dont nous sommes les clients et les combleurs (en monnaie comme en données qui ne sont de moindre valeur puisque tout en a) sont-elles habilités à ne pas procéder à de pareilles transmissions et coopérations dans le cadre d’une enquête concernant non plus cette fois la vie pécunière de l’individu, mais sa vie numérique, celle-ci englobant chez les plus confiants ou téméraires toutes les autres, et plus précisément des parties pouvant aider au traitement du dossier ?

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir d'Autres Sujets : Amerique

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés