Afrique

Madagascar: les deux camps crient victoire et s’accusent de fraudes

Madagascar: les deux camps crient victoire et s’accusent de fraudes
K1fo

Les deux candidats en lice au deuxième tour de la présidentielle à Madagascar criaient victoire samedi au lendemain du scrutin, s’accusant mutuellement de fraudes, bien que les observateurs n’aient pas encore fait état de manipulations.

A 17H30 (14H30 GMT), la Commission électorale indépendante (Cenit) avait publié des résultats ne portant que sur 641 bureaux de vote sur 20.001.

Sur cet échantillon, non représentatif, le candidat du pouvoir en place, Hery Rajaonarimampianina, menait avec 52,08% des voix face à son adversaire Robinson Jean LouisRobinson Jean Louis, qui défend les couleurs de l’ancien président Marc Ravalomanana.

Mais cela n’empêchait en rien les deux camps de crier déjà victoire: Robinson Jean Louis a dit à l’AFP qu’il pensait avoir fait 56% des voix, tandis que le camp de M. Rajaonarimampianina revendiquait entre 60 et 65%.

Ni Marc Ravalomanana, l’ex-président déchu exilé depuis plus de quatre ans en Afrique du Sud, ni Andry Rajoelina, l’homme qui l’a renversé en 2009, n’ont pu se présenter à cette présidentielle, la communauté internationale craignant des troubles. Ils s’affrontaient donc par candidats interposés.

« Il y a eu des fraudes massives », a affirmé à l’AFP samedi M. Jean Louis, évoquant même la découverte d' »un avion entier » de bulletins déjà cochés en faveur de son adversaire.

Selon lui, l’urne était déjà « à moitié remplie de bulletins » quand les gens ont commencé à voter là où est inscrit Andry Rajoelina.

Réplique immédiate de Rinah Rakotomanga, la porte-parole d’Hery Rajaonarimampianina: « De notre côté, nous n’avons pas fait de fraudes, mais eux, ils en ont fait, nous avons des preuves. »

Ni la Cenit, ni les forces de l’ordre, ni les observateurs internationaux contactés par l’AFP, n’ont cependant constaté de telles fraudes.

« C’est un peu triste », a réagi Béatrice Atallah, la présidente de la Cenit, regrettant que « certaines personnes insinuent que même l’hélicoptère qui collecte les résultats transporte des bulletins précochés. »

« Premièrement, c’est pour cette raison que nous avons toujours demandé des représentants des candidats dans les bureaux de vote. Deuxièmement, au sein de la Cenit, il y a une place réservée aux représentants des candidats », a-t-elle ajouté, notant que des observateurs avaient ouvert « des petites enquêtes sur la véracité de ces éventuelles fraudes ».

Alors que la plupart des missions d’observation déployées sur place devant rendre publiques leurs conclusions dimanche, la Francophonie s’est déjà montrée satisfaite, à quelques détails organisationnels près.

« Attendre les résultats calmement »

« On n’a pas observé de fraudes, non, mais on n’était pas partout », a indiqué à l’AFP la Canadienne Louise Fréchette, la chef de la mission francophone.

« Ce qui est important, c’est que les candidats s’adressent aux institutions en place. Il faut qu’ils fassent les démarches nécessaires et apportent leur preuves », a-t-elle ajouté.

S’il n’exclut pas quelques irrégularités à la marge, un observateur étranger était vraiment dubitatif: « Cela fait quarante-cinq ans que je connais Madagascar, et je n’ai jamais vu une élection aussi transparente. Ce qu’il faut, c’est que les deux camps acceptent le résultat! »

« Les observateurs sont pour la paix, ils sont pour qu’il n’y ait pas de manifestations, mais ils savent (qu’il y a eu des fraudes), et ils doivent le dire aussi », a cependant accusé Robinson Jean Louis samedi.

« On va attendre les résultats calmement. Moi, je dis au peuple malgache qu’il faut rester calme et serein, pour ne pas envenimer les choses », a-t-il insisté.

Quoi qu’il en soit, l’ambassadeur de France – l’ancienne puissance coloniale – François Goldblatt est positif. « Madagascar vient à nouveau de démontrer au monde entier sa capacité à organiser dans un climat de grande sérénité le scrutin tant attendu. Le peuple malgache peut être fier d’avoir su déjouer les sombres pronostics de ceux qui disaient Madagascar incapable de relever ce défi », a-t-il tweeté samedi.

Les Malgaches avaient voté dans le calme vendredi pour élire leur président ainsi que 151 députés, pour ce premier scrutin démocratique organisé depuis le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009.

 

Source : AFP

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

Voir d'Autres Sujets : Afrique

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés