Point de vue

Eco africaine

Eco africaine
Avatar

BREVE RETROSPECTIVE

Dépuis 1939 le CFA a été une subordination du monétaire au politique de la “Citée Métropolitaine”. Pendant que le dollar amorçait sa première dévaluation en 1933 et a poursuivi son inconvertibilité par rapport à l’or en 1971 pour redynamiser unilatéralement l’économie américaine.
En Janvier 1999 l’euro n’était qu’une ‘unité de compte virtuel en respect avec le règlement prévu par le Traité de Maastricht, il est officiellement introduit en forme de billet de banque le 1er janvier 2002, et circulait en espèces comme monnaie unique européenne pour la première fois dans 12 des 15 États de l’Union européenne.

Depuis 2005, le cours du yuan est arrimé sur un panier de devises, dont le dollar et l’euro font partie. Le renminbi, la monnaie chinoise, appelée aussi la « monnaie du peuple » s’est donc affranchie.

En 2019, les pays de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) déclarent le remplacement total du franc CFA par l’ECO à partir de l’an 2020. Bien que cela a suscité des incertitudes ou controverses, toute fois, il faut reconnaître que cette déclaration a le mérite d’être d’ une décision purement courageuse faite par une communauté qui tient beaucoup à son identité et à sa dignité économique.

Personnellement nous estimons que les Experts Économistes Africains trouveront des mesures techniques adéquates d’accompagnement, pour la solidité et l’équilibre de l’E’CO.

OBSERVATION

Sans prétention et selon mon humble observation, il va falloir opter pour un système quasiment universel c-à-d. passer d’un circuit stationnaire de marché fermé (nature actuelle de la quasi totalité des marchés africains) au marché à économie ouverte au sens propre du terme. L’ECO doit être arrimé sur un panier de devises qui puisse permettre la stabilité de son pouvoir d’achat et conforter ses avantages fondamentaux : exercer sa souveraineté, en toute indépendance; absorber les chocs notamment de différentiel d’inflation, de demande ou d’offre ; tirer profit des revenus de seigneuriage; accumuler d’importantes réserves de change dans les limites de coûts monétaires, des distorsions dans le système bancaire, etc…

L‘ECO permettra de constituer une épargne excédentaire à l’intérieur des pays Africains en donnant la possibilité d’agir directement sur le taux de change de leur monnaie. Avec l’Eco l’on pourra utiliser les instruments de politique monétaire “sécuritaire” par le pilotage de taux à court terme, la fixation des propres taux d’intérêts, la gestion de la liquidité bancaire et la satisfaction des besoins de liquidité des institutions de crédit. Ce qui pourrait permettre entre autres mesures de pallier au crédit shrunk ( réduction drastique de crédit) aux ménages et d’assister techniquement avec efficacité les exportations de matières premières agro-industrielles et énergétiques des pays membres, en les rendant plus compétitifs, “appétibles” sur le marché international.

Il est important, que l’Eco, à travers les choix stratégiques qui vont s’opérer dorénavant, puisse garantir une stabilité économique et une crédibilité monétaire qui donnent confiance aux ménages des différents États membres

La nouvelle monnaie Eco est une décision historique. Il est prématuré de faire une déclaration nette. Cependant Je me pose les questions suivantes:
le Président français Emmanuel Macron ne s’est-il pas comporté en lanceur d’alerte? Qu’en sera t-il du Nigeria, une locomotive économique africaine étant donné que le Brexit est quasiment une réalité? Le comportement d’Emmanuel Macron n’était -il pas de lancer indirectement à son « Homologue » Boris J de traiter aussi avec le Nigeria hors de la ZMOA (Zone Monétaire Ouest Africaine) comme il l’a si bien fait hors du cadre de l’UEMOA? La tentation de laisser les wagons sans leur locomotive semblerait très poussée en tout cas . Les Experts Économistes Africains et les Hommes de bonne foi doivent éviter une sorte de « Yalta bis économique » à l’Afrique.
Si au lieu de renforcer l’expérience d’intégration économique qui existe déjà , l’Eco devenait un moyen de désintégration alors l’on aura enlevé le carcan du coup pour le porter autour des reins.
Du reste, que la décence guide les Experts Africains dans le choix d’un système de panier de monnaies pour un marché ouvert au sens propre du terme. Cela sera un lègue pour les générations futures.

AUTRES MESURES À FORT IMPACT SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

Nous pensons qu’un ensemble de changements positifs et durables engendrés par des mesures ou activités, de nature environnementale, économique ou sociale, doivent être mises nécessairement en place pour consolider le bon fonctionnement de la zone ECO. Par exemple, les mesures ou activités qui pourront être prises en considération dans le moyen ou long terme sont les suivantes:

  • Réduire l’hypertrophie et le parasitisme héréditaires du secteur tertiaire deux tares qui minent le dynamisme des fonctions publiques respectives des pays membres,
  • lutter contre la bureaucratie
  • Procéder à la dématérialisation totale des services publics,
  • Activer la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics,
  • Appliquer pleinement et entièrement la certitude de la punissabilité
  • Faire place au mérite, à diplôme égal salaire égal
  • Responsabiliser les femmes au plus haut niveau
  • faire des investissements structurels et plus d’investissements d’intégration macro-régionale
  • financer les actions favorables à l’emploi, à la formation, à la santé et à l’inclusion sociale
  • Développer l’économie circulaire,
  • Défendre les droits des citoyens.
  • Réviser le cadre de politique migratoire Africaine, en général, et en particulier, en faveur des jeunes
  • etc

LA SUPRESSION DE STATUS QUO

Par ailleurs, il conviendrait de supprimer ou de faire bouger des status quo qui ont longtemps perversement servi l’intérêt exclusif de l’activité des entreprises monopolistes à capital étranger. Car ces entreprises tiennent le levier économique des pays africains, elles pillent impunément par de ponctions financières et matérielles à travers la détérioration des termes de l’échange et par les prix fixés par les trusts internationaux pour les biens manufacturés.

INSIGHT

Le Nigeria quel avenir avec l’ECO, va – t – il accepter le < diktat> Français? Le Nigeria aura-t-il la tentation de se faire fasciner par le Royaume Uni du BREXIT?. Autrement dit, la locomotive économique acceptera–t-elle de tirer ses wagons? Wait and see, nous reste à dire.

Auteur : KACOU Patrice Bambino – Economiste, spécialiste de la monetScience

Voir d'Autres Sujets : Point de vue

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés