W

LARGO WINCH : CÂBLES MOUVANTS partie 1

LARGO WINCH : CÂBLES MOUVANTS partie 1
ATHY BRIANDT

D’après les personnages crées par Jean Van Hamme, et l’œuvre produite par Jean Van Hamme, Philippe Francq et Eric Giacometti, éditée par les Éditions Dupuis.

Le Groupe Winch est dans le rouge. La crise du TraxNet (virus informatique mutant) a mis un frein à ses activités traditionnelles, beaucoup d’usines et d’emplois sont menacés.

Sous la pression d’un gérant de hedge fund : Anton Lazar, fulgurant manager de Lazar Associates, le groupe Winch doit simplifier son organigramme et rationaliser ses activités, en un mot cesser d’être un conglomérat fourre-tout pour devenir un groupe industriel intégré.

Le souhait de Lazar serait même que le groupe se débarrasse de filiales non stratégiques ou dépassées pour se consacrer aux métiers d’avenir (nouvelles technologies, intelligence artificielle, énergies renouvelables, santé …), ouvre son capital à la Bourse pour que l’activité de ses filiales soient publiquement comptabilisée, ce qui rassureraient les partenaires industriels et financiers des entreprises du groupe W en cette période récession.

INTRODUCTION À L’UNIVERS WINCH

Largo Winch, c’est la découverte émerveillé et crue du monde des grandes compagnies,

C’est la vie rêvée d’un milliardaire et en même temps les sacrifices comme les dangers que cela implique

C’est l’aventure autour du monde, accompagnée des équipes de direction essentielle à la survie d’un conglomérat multinational

C’est l’amitié, l’amour, la séduction, la bravoure, parfois le scandale, toujours le frisson, à la poursuite d’un baroudeur insatiable et surtout … insaisissable !

Nous vous invitons à un faire un tour dans l’Univers de Largo Winch, héritier malgré à vingt-six ans lui d’un cartel économique de dix milliard de dollars qu’il a transformé en galaxie industrielle prospère, actif sur tous les continents.

Découvrez :

Le Siège de la compagnie (un building bio-innovant situé à Chicago).

Assistez au sein des Grands palaces aux conférences et galas de la société.

Visitez le Siège des institutions, autorités, et ambassades.

Ne négligez aucun des contacts privilégiés avec les partenaires divers, interlocuteurs variés comme les équipes indispensables ou les agents de basses manœuvres

N’hésitez pas à user de moyens de locomotion, tout aussi divers et variés.

À chaque moment, sa filiale !

Vous n’échapperez à la réputation dans le monde des affaires, dont à celle de son prince en baskets, Largo et celle du Groupe W !

Tel est le lot du monde inter-entreprise !

Les amitiés et la confiance au long cours résistent-elles, et sont-elles mêmes valables dans les intérêts en jeu ?

Prenez garde, le Risque est de tout perdre, et plus encore !

Si vous êtes rétifs à l’aventure et découverte de nouvelles personnes, de nouveaux lieux, avec parfois Cupidon au bout du chemin, ainsi qu’aux responsabilités lourdes de conséquences, passez votre chemin !

Si vous êtes accoutumez au confort, gardez-vous de la compagnie de Mr Winch !

Car c’est un Nouveau départ à chaque fois !

Si les souverain gréco-romains ont eu Hérodote et Cicéron pour conteurs de leurs histoires, leurs héritiers ou rivaux, régnant non plus depuis Athènes ou Rome, mais depuis New York, Shanghai, Le Cap, Londres, Tel Aviv, Dubai, Moscou ou Sao Paolo voient leurs affrontements sublimés à travers le prisme du groupe W par le dessin de Philippe Francq et les scénari de Jean Van Hamme, puis de Patrick Giacometti !

I : Un groupe à croquer !

Aaron Krugher, 86 ans, fondateur et propriétaire du groupe Krugher divorce de sa femme. Il lui cèdera la moitié de sa fortune soit 10 milliards de dollars ! Pour réunir cette somme, il doit se résoudre à vendre des pans entier de son empire.

Ayant commencé dans le marketing dans les années 60 après une carrière dans l’industrie du disque, il s’est spécialisé dans les annonces jusqu’à s’implanter dans les activités dont il faisait la publicité.

C’est ainsi que la compagnie Krugher est présente dans l’immobilier, la grande distribution, le commerce et le négoce, la culture et le patrimoine, les médias et le divertissement.

Lors d’un discours à l’Université de l’Oregon dont il est sorti sans diplôme, Krugher annonce qu’il vend la moitié de son entreprise à qui se porte acquéreur.

C’est la foire à l’empoigne. Tous les fonds d’investissement et autres traders se ruent sur l’affaire, à tel point que la valeur du groupe Krugher s’envole, avoisinant les 50 milliard de dollars.

Le Président des États-Unis invite alors un groupe restreint de grands industriels américains et leur demande de se porter acquéreur au plus vite, avant que le groupe ne devienne inachetable, ou acheté trop cher.

Dans les deux cas, ce serait la catastrophe : le groupe Krugher, discret mais puissant est le troisième plus gros employeur privé aux États-Unis, après le groupe Winch et Koch Industries, si personne ne l’achète, Krugher sera obligé de saigner son groupe pour payer son divorce, au prix de licenciement par milliers.

Si le groupe Krugher est acheté trop cher, le ou les futurs actionnaires se débarrasseront de plusieurs entreprises de groupe, provoquant la plus grande crise sociale jamais connue sur le sol américain depuis celle évitée au groupe Winch lorsqu’elle lança une OPA sur la Fenico !

Winch accepte de rencontrer Krugher à un match de baseball des Portland Pioneers, l’équipe crée il y’a de cela quelques années par Krugher.

Krugher est réticent à laisser son groupe à son concurrent direct, fils de son rival Nério Winch qu’il admirait pourtant secrètement.

II : Coup de grâce

Rendez-vous est donné entre M. Aaron Krugher, Président de Krughers Holdings LLC et Mr Largo Winch, Directeur éxécutif du Winch Group au Pioneers Stadium, à l’occasion du match entre les Portland Pioneers et les San Diego Padres, en présence de Mr Dwight Cochrane, Director de l’Administration et de l’Inspection centrales du Groupe Winch.

Stade des Pionniers de Portland, contrairement à l’usage, Mr Krugher n’aime pas assister aux rencontres sportifs en loge présidentiel, il préfère les tribunes régulières qui lui rappellent sa jeunesse tapageuse de libre-penseur écologiste, contestataire et libertaire !

Et surtout, il veut sentir la foule, la ferveur et les effluves du terrain labouré par les bourrasques de crampons des gladiateurs des temps modernes.

Krugher, Winch et Cochrane sont au centre des gradins remplies de cinquante mille fans chauffés à blanc.

Le match commence.

Krugher à Largo, évoquant Nério : Si j’ai crée mon empire, c’était pour être à la table des rois, à ses côtés, mais maintenant, je suis assis, là, vieux et ruiné, à côté de vous, et j’en suis heureux, Monsieur Winch, je vais être clair, mon groupe vaux maintenant 66,74 milliards ! Vous n’avez pas les fonds pour la moitié du capital, mais ce n’est pas un problème ! J’ai appelez mon courtier pour lui enjoindre de fixer le prix de vente à sa valeur d’aujourd’hui, arrondi à l’unité inférieure, à savoir 66 Mds Dollars US ! Ça vous fait une ristourne de 740 millions de dollars ! Mr Winch, associez-vous à un investisseur ou un groupe d’investisseurs de confiance qui connaisse mon groupe, il paiera un tiers des 75 %, votre groupe paiera un tiers, et le tiers restant, vous le paierez en actions du groupe Winch.

Si on fait le calcul 25 % de mon groupe équivaut à 16.5 milliard; en échange d’une participation dans votre groupe équivalent à ces 16.5 milliards, mon groupe est à vous.

Vous deviendrez actionnaire à hauteur de 50% du plus grand groupe privé américain, loin devant la quincaillerie des frères Koch croyez-moi bien, eux sont dans le passé avec les énergies fossiles, les magouilles à Washington … Moi, mon groupe est dans le futur, ici dans l’Oregon et en Californie, l’État de Schwarzy et de la Silicon Valley !

Cochrane : Vous ne vous en sortez pas mal non plus, puisque le Groupe Winch vaut actuellement 50 milliards de dollars. Pas besoin d’avoir fait le MIT pour comprendre qu’une participation d’une valeur de 16.5 milliards au sein du groupe Winch équivaut à un tiers du groupe W !

Actionnaire à hauteur d’un tiers de la société qui possèderait la moitié du groupe Krugher, ou vous continuerez selon votre plan à y posséder 25%, le calcul est vite fait, vous seriez propriétaire de manière directe et indirecte de 37,5 % du groupe Krugher, et 33 % du groupe Winch !

Pour un vieil homme ruiné, vous avez de jolis restes dites-moi !

KRUGHER – Il faut mettre de côté pour la retraite, que voulez-vous ….

Mais ne soyez-pas si dur avec moi, et surtout ne vous sous-estimez pas dans l’affaire. Le groupe Winch serait propriétaire de 50 % d’un groupe qui le possède à 33 %, donc je ne suis pas très fort en math mais …

WINCH -Le groupe Winch possèderait directement et indirectement 61,5 % du groupe Krugher, je détiendrait directement 66,6 % des parts du groupe Winch tandis que je resterai propriétaire direct et indirect de trois quarts de l’empire que mon père m’a légué. Intéressant …

COCHRANE- Intéressant autant qu’étrange, d’autant plus que le deal est inégal : le groupe Winch est sûre, sa valeur est relativement stable, tandis que votre société, monsieur Krugher, pardonnez-moi de vous le dire, est aux abois, endettez jusqu’au cou !

Sa « Valeur » de 66 milliard est complètement fallacieuse, c’est une bulle ! Votre groupe, Mr Krugher, ne pèse pas 66 milliards parce que ses activités valent « réellement » 66 milliards de dollars, mais simplement parce que votre coup de poker à l’Université de l’Oregon a fait monter les enchères !

Mais ne vous méprenez pas monsieur Krugher, tout ceci n’est que du flan, pour le reste j’ai dit tout ce que j’avais à dire, et je crois qu’il n’y a plus rien à ajouter si ce n’est de vous souhaiter bonne chance pour votre divorce, et de réussir, comme vous l’entreprenez, de « mettre de l’argent de côté pour votre retraite » !

Tout à coup, pendant le discours de Cochrane, un joueur robuste pour ne pas dire massif, tire malencontreusement dans la foule ! Le projectile fuse vers le petit groupe Cochrane-Krugher-Winch. Largo plonge pour attraper la balle, Krugher le protège en retenant son geste, malheureusement, la balle, par un effet surprenant courbe sa trajectoire et frappe le vénérable tycoon en pleine tête, il s’évanouit.

Le stade entier retient son souffle, on revoit la scène sur les écrans au ralentit avec le dentier de Krugher qui s’envole, c’est le choc, Largo se démène pour que l’on amène un médecin.

Les policiers et ambulanciers prennent son pouls : Il est mort !

Monsieur Aaron Michael Krugher, 86 ans, né à Salem, Oregon, heure de décès : 16h 48, cause du décès, commotion cérébrale due à une commotion cérébrale consécutive à un choc crânien.

Le stade est sous le choc, tous les yeux et les caméras sont braqués sur Winch.

III : POLICE ASSURANCE

Alors que l’on emmène le corps sans vie de Monsieur Krugher, un des policiers à Largo :

-Merci de votre aide M’sieur Winch, et bon courage à vous.

-WINCH : Merci monsieur l’agent, mais pourquoi « bon courage » ?

-Le policier : Oh c’était par rapport au fait que vous allez racheter les entreprises Krugher, et tout ça .

Cochrane – Mais de quoi vous parlez-vous jeune homme ?

Le policier :  » Vous n’êtes pas au courant ? Il sort son portable : regardez !

Winch et Cochrane sont estomaqués !

BREAKING NEWS : L’État américain s’engage à prêter 40 milliards de dollars au groupe Winch et son partenaire financier pour le rachat de 50 % du groupe Krugher.

Le policier : Vous voyez, comme on dit, aide-toi et le ciel t’aidera ! Maintenant que vous avez fait l’effort de rencontrer le Vieux Krugher, le gouvernement vous fait confiance ! C’est nickel pour les affaires ça non ?

Cochrane : C’est pas le mot que j’emploierai …

Le Policier : Hum excusez-moi, ça vous dérangerai un selfie, c’est pour ma copine, elle vous adore, on m’croira pas au bureau…

Cochrane : Je vais m’écarter de ce pas …

Le policier : Non, au contraire ! Restez-vous-aussi ! Je veux dire, qui ne connaît pas « Ice Bucket Cochrane » ?

Cochrane : Ice Bucket Cochrane, quel est ce surnom ridicule ?

Le policier : Ah ! Sais pas moi, mais c’est comme ça qu’on vous appelle dans le Stock News !

Cochrane : Vous lisez ça vous ?

Le policier : Le délit de faciès, les préjugés, les stéréotypes, ça vous dit quelque chose. On dirait que vous êtes resté de glace par rapport au Chan-Gomez Act* (relatif à la répression fédérale des discriminations) dites-moi. Mais bon, je passe, c’est bien parce que c’est vous … Ice Bucket Cochrane ! Hey mais j’y pense, vous avez un autre surnom aussi, dans le Weekly CoinWatch, on vous appelle …

WINCH – IRON DWIGHT !

Le policier -ah oui c’est ça, IRON DWIGHT, avouez ça a de la gueule ! Bon, heu allez, bonne soirée, enfin bonne soirée… Le pauvre… enfin, pauvre, avec des milliards sur son compte… mais bon, que pouvais-t-on y faire, j’veux dire, il s’est pris un shoot de Brian Massey en pleine poire quand même, le pauvre

… ça a du faire mal !

Un capitaine de police – Eh agent Patterson ! on ne vous paie pas pour faire la causette à … Oh excusez-moi m’sieur Winch, bonjour je me présente, Capitaine Rivert, police du comté

COCHRANE -On s’en serait douté…

Capitaine Rivert – Je vous présente mes condoléances, ça doit être dur de perdre un ami d’un jour à qui on voulait racheter son entreprise pour mettre tous les employés sur le carreau, au frais du contribuable en plus ! Non je plaisante, à propos, vous n’auriez pas pris la balle qui a tué le vieux Krugher par hasard, mes agents et moi-mêmes avons fouillé tout le stade, et c’est incroyable, mais c’est comme si elle s’était volatilisé !

Cochrane : Comment osez-vous …

Agent Patterson – Capitaine …

Rivert : Quoi ?

Patterson sort la balle de baseball de sa poche.

-C’était pour ma copine…

Rivert : Espèce de … (le capitaine Rivert s’adresse à M.Cochrane et M.Winch) bon, voudriez vous nous faire l’amabilité de nous accompagnez au commissariat, pour les formalités d’usage ?

Largo et Cochrane se lancent une regard interloqué. Une voix retentit : « Les voilà ! »

Des journalistes ont repéré Winch, Cochrane et les policiers et se mettent à se ruer sur eux !

-Monsieur Winch ! Monsieur Winch !

Rivert à Winch et Cochrane : Allez-montez vite !

Winch – Non laissez, je vais allez les voir !

Journaliste : Monsieur Winch ? Qu’est-ce que cela vous fait de devenir l’homme le plus riche d’Amérique, propriétaire des deux groupes privés les plus puissants du pays ?

-Écoutez-madame, si je suis venu me livrer à vos questions, c’est tout d’abord pour présenter mes sincères condoléances à la famille , aux proches et amis de Monsieur Aaron Krugher, ainsi qu’à toutes ses équipes.

Aujourd’hui plus que jamais, je suis résolu à faire respecter la décence à l’égard d’un homme extraordinaire, entrepreneur visionnaire et patriote absolu, qui fut un mentor pour beaucoup, et pour mon père, un concurrent qui lui a toujours poussé à donné le meilleur de lui-même.

Ce soir, je veux témoigner mon affection et mon respect à la famille Krugher, et à l’ensemble du groupe Krugher qui était je le crois, plus qu’une famille pour le Vénérable Krugher, je vous remercie.

Alors que Largo rebrousse son chemin, escorté par les agents de police, les questions des médias fusent :

Journalistes : Monsieur Winch, qu’elle est votre plan pour sauver les entreprises Krugher ? Monsieur Winch, Monsieur Winch

Monsieur Cochrane, êtes-vous à l’origine de ce montage financier Krugher-Winch ?

COCHRANE : Écoutez mesdames et messieurs, un homme est mort, alors de grâce, comme l’a dit Monsieur Winch, respectons le délai de décence. Merci.

IV : CONVOI SANS ISSUE

Winch et Cochrane sont dans la voiture de police, Patterson au volant, Rivert à ses côtés :

COCHRANE – C’est horrible !

Winch – Que Dieu aie son âme !

COCHRANE – Non, je veux dire, comment refuser l’offre de la Maison-Blanche sans passer pour des déserteurs !

Patterson – Ice Bucket Cochrane je vous dis !

Rivert – Patterson, veux-tu garder les yeux sur la route s’il te plaît !

Cochrane -Non, laissez capitaine, ce n’est rien, après tout, tout le monde a peut être raison, j’ai un cœur mais … différent du vôtre.

Patterson – Vous allez nous faire du Giscard d’Estaing :  » J’ai un cœur comme vous, qui bat à sa cadence (en français dans le texte) vous n’avez pas le monopole du cœur ! »

Cochrane – « Jet-quoi ? Mais de parlez-vous ? « 

Winch – Giscard d’Estaing, un ancien Président français que mon père a bien connu.

Cochrane à Winch à propos de Patterson – Passionnez d’économie, d’affaires internationales et d’histoire … ce jeune homme a toutes les qualités !

-Patterson : Vous pouvez m’embauchez si vous voulez !

-Cochrane : C’est ça, la jeunesse au pouvoir, l’expérience au placard !

Rivert à Cochrane – Ne vous inquiétez pas, je pourrirais son dossier professionnel !

Winch -Écoutez Cochrane, pour les années ou j’ai pu travailler avec vous, je peux vous assurer que vous êtes un homme de valeur comme on n’en trouve peu, croyez-moi.

Cochrane – Oui … euh bon, messieurs l’agent, c’est encore loin ?

Patterson se retourne vers ses passagers – Oh ne vous inquiétez pas monsieur Bucket euh M’sieur cochrane, il nous reste juste à…

Rivert – La route Patterson ! La route !

La voiture de police percute un camion .

Largo s’extirpe, il extirpe Cochrane, il veut extirper Rivert, qui lui dit « Non sauvez Patterson d’abord ! »

Largo va sauver Patterson qui lui dit : « Non sauvez Rivert, c’est lui qui a la balle de baseball !

Rivert- mais bon sang Patt’, qu’est qu’on en a faire de cette fichue balle, fais-moi le plaisir de sortir de cette fichue caisse avant que je te troue la peau avec mon Magnum !

Largo extirpe Patterson, grièvement blessé, qui saigne abondamment.

Le chauffeur de camion vient apporter son aide.

Patterson, emmené loin de la voiture de police tente de se débattre : Capitaine ! Capitaine ! Allez sortir le capitaine !

Le chauffeur de camion se précipite vers la voiture de police.

Cochrane – NOON, ne faites pas ça ! la voiture va explo…

Trop tard, la voiture explose . Le camionneur est brûlé vif.

Les curieux surgissent peu à peu, avançant à pas feutrés, armés de torches. Leurs torches sont des portables, qui filment la scène sous tous les angles.

Winch -Quelqu’un veut bien appeler un médecin , Quelqu’un veut bien …

Winch s’évanouit, les badauds font cercle autour de lui, avec leurs caméras.

Une voix se fait entendre qui hurle à tout le monde de s’en aller, des coups de feu retentissent, une femme d’âge mûr armée d’une Winchester s’avance vers Winch, Cochrane et Patterson.

V : UNE HÔTE ET DES OTAGES

Winch se réveille, il est dans une chambre. Il se lève pour inspecter la maison, il ouvre une porte, c’est une chambre ou y est couché un homme : Patterson

Il descend l’escalier Cochrane est assoupi ou hagard dans le canapé, tenant un sac de glace sur sa tête.

Largo s’approche de la fenêtre, il fait jour, une foule de journalistes et de policiers est dehors.

-Vous êtes matinal à ce que je vois ?

Largo se retourne, c’est la femme qui avait fait fuir les curieux, dont le visage avait masqué les flammes aux yeux de Largo avant que les brumes ne l’envahissent.

LARGO – Bonjour Madame ? Excusez-moi mais … ou sommes-nous… et à qui ai-je l’honneur ?

LA FEMME – Enchanté moi c’est Mathilda, Mathilda Heck pour vous servir ! Bah alors comment vous-dire, ici vous êtes chez-moi, bon c’est petit hein, mais bon, quand on a travaillé pour 12 dollar de l’heure pendant 30 ans, on ne fait pas la fine bouche hein !

Largo – Enchanté de faire votre connaissance Mathilda. Excusez moi de vous presser avec mes questions, mais que s’est-il passé, comment sommes-nous arrivés ici ?

MATHILDA- Vous ne regardez pas les journaux vous hein ?

Mathilda allume sa télé et la branche sur WinchNewsTV :

« Bonjour Jim, alors vous nous confirmez que Aaron Krugher est mort hier soir ?

-Oui tout a fait, aussi choquant et incroyable que cela puisse paraître, le grand magnat de l’immobilier et des médias est mort des suites du coup de balle de base-ball qu’il a reçu à la tête. Alors, selon les informations qui nous sont parvenues, l’homme d’affaires octogénaire, qui était en présence du futur propriétaire de son entreprise Largo Winch, au Pioneer Stadium, serait mort sur le coup, et sans manquer de respect à sa mémoire ni brusquer nos téléspectateurs, on ne peut qu’en conclure de la force et de la puissance du shoot de Brian Massey, que d’aucun disait cuit…

-Excusez nous Jim, priorité au direct, nous-reviendrons-vers-vous-pour-d’autres-renseignements, nous allons pour l’heure allez directement du côté de l’agglomération de Portland ou il semblerait que Largo Winch soit détenu en otage par une femme âgé de 57 ans, HECK MATHILDA, ancienne mécanicienne et chasseuse professionnelle, Karen que pouvez-vous nous dire de la situation ?

Karen, reporter devant le domicile de Mathilda Heck, entouré de policiers – Nous sommes actuellement en présence des forces de l’ordre,à quelques mètres du domicile de la forcenée,

Mathilda -une forcenée moi … FAKE NEWS ! (la voix de Mathilda a réveillé Cochrane qui maugrée « moins fort s’il vous plaît, madame, vous allez reveillez le quartier »

« ou elle détiendrait en otage le milliardaire Largo Winch, son directeur de l’administration Dwight Cochrane que les amateurs de vulgarisation économique connaissent sous le nom d’Ice Bucket Cochrane …

Cochrane marmonne

-Mathilda se retourne vers l’administrateur général du groupe Winch- ah, je me disais bien que vous avais déjà vu quelque part, c’est donc vous le Bucket Man, on dit que vous avez la joie de vivre d’un seau d’eau glacée…

– Karen de WinchNewsTV : …et un officier de la police de Portland, les raisons d’un tel acte sont encore inconnues, les forces de l’ordre essaient de prendre contact avec la forcenée mais le dialogue semble rompue depuis maintenant TROIS LONGUES heures, des tirs ont même été échangé, vous pouvez voir ici les éclats, les traces de balle sur les murs

Mathilda fait un clin d’œil à Winch,

-Mathilda : Une forcenée … qu’est qu’on ne put pas entendre

Winch est partagé entre l’hilarité et l’incompréhension.

COCHRANE- Mais qu’est ce qui se passe …

Mathilda -Il se passe que le vieux Krugher meurt par accident tué par une balle de baseball. Le joueur qui a tiré se suicide en garde à vue juste après, et tout à coup, la voiture qui transporte Monsieur Winch, le nouvel homme le plus riche du monde se fait percuter par un camion, et après devinez ce qu’il se passe, devinez ce qu’il se passe ? Hein ?

Winch :Ça y est je me souviens … l’explosion .

Mathilda : exactement, le chauffard meurt bizarrement dans l’explosion d’une voiture dans laquelle il n’avait rien à faire,

Et pour conclure ? pour conclure, devinez ce que n’arrêtais pas de répéter le jeune poulet là haut avant de tomber dans les vapes -en dehors du nom d’un certain Rivert, qui sois dit en passant a du certainement compté dans sa vie si vous voyiez ce que je veux dire.

Cochrane : Non je ne vois pas pas, d’ailleurs je ne vois rien sans mes lunettes !

Mathilda -Que la seule preuve matérielle de l’affaire, la balle de golf, a brûlé dans l’explosion de la voiture ! Si ça ce n’est pas une coïncidence ?

Cochrane – Écoutez Madame Heck …

Mathilda – Vous savez comment je m’appelle vous ?

Cochrane – Figurez-vous Madame que l’Amérique toute entière connait votre numéro de sécurité sociale à présent, écoutez, je ne sais absolument pas qui vous êtes ni ce que vous nous voulez mais vous feriez mieux de nous laisser partir, si c’est une prise d’otages, cela va très mal se finir et si c’est une blague elle est vraiment de mauvais g…

-LES MAINS EN L’AIR ! TOUT DE SUITE !

Winch et Cochrane se retourne, le jeune Patterson, l’arme à la main braque madame Heck.

Patterson -Madame veuillez décliner votre identité et nous dire ou nous sommes !

Mathilda – Jeune homme, quelle ingratitude !

Cochrane -Oui c’est ça très bien joué monsieur l’agent, maintenant auriez-vous l’amabilité de prévenir vos collègues que …

PAN ! PAN !

En deux tirs, Heck et Patterson sont neutralisés par des coups tirés de l’extérieur, sans doute des tireurs d’élite du…

SWAT dont les commandos pénètrent dans la maison, sécurisent prestement l’environnement en plaquant Mathilda au sol et maintenant Patterson à terre :

-Vous allez bien Monsieur Winch ?

WINCH -Comme un homme à abattre monsieur l’agent, comme un homme à abattre .

Winch, Cochrane sont exfiltrés sous les caméras folles et les micros hurlants des médias

Winch aux agents du SWAT -Pourquoi leur avoir tiré dessus ? Elle ne représentait aucune menace, et lui était un policier dans l’exercice de ses fonctions !

Agent Zinski du SWAT – Monsieur Winch, les ordres du président étaient très clairs, vous libérez sain et sauf quoi qu’il advienne, Mme Heck vous détenait en otage, et puis si elle n’était pas dangereuse, pourquoi n’aurions-nos du pas tirer sur celui qui la braquait avec une arme ?

Winch – Votre raisonnement m’échappe.

Zinski_SWAT – Sans vous manquez de respect, trois hommes sont morts ce soir, dont un officier de police, alors nous ne sommes pas la pour chercher dans les petits détails. Et puis ne vous inquiétez pas, ils sont simplement blessés, ils se remettront, d’ici là nous les transporteront au FBI pour les formalités d’usage et leur dire leurs droits.

PAN ! PAN ! PAN !

Mme Heck s’est saisi de l’arme d’un officier et le prend en otage, elle tire en l’air pour faire peur, demande les clés d’une voiture, on les lui jette, elle monte prestement et s’échappe avec le policier otage.

L’agent du SWAT se retourne vers Largo : Vous disiez ?

VII : UNE VISITE D’ÉTAT

Largo reçoit les soins dans une ambulance stationné dans la rue près de la maison de Mme Heck, à quellques pas des crépitements des flash des journalistes lorsque soudain, une ferveur s’empare des agents fédéraux, des sirènes retentissent peu à peu de toutes parts…

Le Président des États-Unis en personne débarque, escorté par son service de sécurité pharaonesque, tout les agents de police et des forces spéciales se mettent au garde-à-vous :

Le Président- comment allez-vous Largo ?

Largo : Trois morts, trois blessés dont une en cavale, ce n’est pas un samedi ordinaire.

Le Président : Nous sommes dimanche aujourd’hui .

L’homme le plus puissant du monde se tourne vers son servie de sécurité : Laissez nous seul un instant !

Les agents du Secret Service : mais…

Le Président leur jette un regard équivoque, ils s’exécutent.

Le Président s’assied à côté du lit de Largo.

Dehors, les médias

« … cavale de Madame Heck … Monsieur Winch hospitalisé, le Président serait partis lui rendre visite…un mot monsieur Cohn, vous qui êtes consultant en situation de crise ?

-Largo Winch : Je vais le faire.

-Le Président : Vous allez faire « quoi » ?

Largo Winch : Acheter le groupe Krugher.

Le Président : Mais comment ? Le cours s’est effondré, les investisseurs sont affolés…

Winch : Justement, je n’aime pas jouer les vautours mais c’est le bon moment pour ramasser les actions au plus bas et restructurer le groupe au plus vite.

Le Président : Mais le prix doit être officiellement fixé aujourd’hui à 66 milliards de dollars (!) par le courtier de Krugher en accord avec la SEC (Securities Exchange Commission, autorité des bourses de valeur des États-Unis d’Amérique) .

Winch se tourne vers le Président : Alors c’est le moment de lui rendre une petite visite, vous ne croyez pas !

Largo Winch et le Président des États-Unis d’Amérique se préparent à être transportés sous lourde escorte présidentielle au bureau de Schonnenberg & Sons, à Los Angeles

Le Président désignant sa limousine – Largo, avec ce qui s’est passé je comprendrais que vous ne voudriez pas monté en voiture…

-Largo – Oh ne vous en faites pas, j’ai appelé un taxi .

Tout à coup un vent fort emporte tous sur son passage, les agents du président braque leurs armes vers le ciel :

C’est le Mowgli Jet de Largo Winch, développé par le département Aviation de son empire.

Le Président en reste boche bée : « Il me faudrait le même à la maison ! »

Le Président à Winch – Mais alors, vous aviez déjà prévu début votre déplacement depuis le début ?

Freddy en descend, accompagné de Simon Ovronnaz

Accolades des frères Largo, Simon et Freddy.

Simon Ovronnaz au Président -Enchanté moi c’est Simon

Le Président – Enchanté, monsieur Ovronnaz !

Simon, Largo et Freddy s’interrogent du regard.

Le chef du Secret Service : monsieur le Président, le convoi mobile doit partir.

Freddy tapote sur l’épaule de l’agent et lu glisse « ce sera pour une autre fois ».

Simon se tourne vers son Largo et le Chef de la Nation – « Si vous voulez bien prendre place à bord ! Direction : L.A ! Ah ! Faire le stewart me rappelle des souvenirs, quand j’étais le patron de la Winchair !  »

Le Président à Winch avnt de s’engouffrer dans l’avion – Mais alors, vous aviez déjà prévu début votre déplacement depuis le début ?

Freddy au Président : Ce qui n’est pas votre cas ?

VIII : UN COURTIER À COURT DE CRÉDIT

Le Jumbo Jet décolle avec à son bord l’homme le plus puissant du monde et l’homme le plus riche d’Amérique, sous le pilotage d’un ex pilote de chasse israelo-monégasque, en compagnie d’un ancien cambrioleur suisse.

Le Président et Largo ont une discussion, Simon se sent mis à l’écart et va voir Freddy.

Lorsque le Mowgli Jet atterrit à la verticale à proximité des lieux, qui sont déjà investis par la police afin d’accueillir le Chef d’État américain.

Largo et le Président rentrent dans l’agence, Simon préfère resté à l’extérieur : « La dernière que je suis rentré dans un endroit de ce genre, c’était les mains derrière le dos, alors les banques et compagnie, non merci, je préfère apprécie la vue, mais de loin ! »

Largo au réceptionniste : Bonjour, pouvons-nous voir le directeur de l’agence, c’est assez urgent.

Le réceptionniste et sa supérieure, la deputy chief executive de l’agence n’en croient pas leurs lieux, le Commander in Chief and Largo Winch à quelques centimètres d’eux.

-Monsieur Schonnenberg ? Oh vous arrivez tard, il est partie en voyages d’affaires en Australie, nous essayons de le joindre, car il est attendu en réunion comme vous le savez, mais son téléphone reste sans réponse.

-Le Président : rappelez-le et dites lui que c’est le Président des États-Unis d’Amérique qui souhaite lui parler !

-Bien monsieur … euh je veux dire monsieur le président !

La directrice adjointe appelle Harvey Schonnenberg, toujours sans réponse.

Le Président se tourne vers Largo : qu’en pensez-vous ?

Largo : que monsieur Schonnenberg tient à sa commission, plus je paierai pour acheter le groupe Krugher, plus il s’en mettra plein les poches, il n’a donc pas intérêt à ce que l’on revienne sur le prix fixé de 66 milliard de dollars !

Le Président retient des injures pour le courtier et son arbre généalogique.

Un agent du Secret service : Monsieur le Président, un appel urgent !

Le Président prends le téléphone -oui, comment, que dites-vous ? Oui je comprends, merci bien, je lui transmettrais.

Largo, notre courtier … son jet a sombré dans le Pacifique, près des côtes néo-zélandaises !

La directrice adjointe est abasourdi mais tient à défendre l’honneur de son employeur : Excusez moi messieurs, si je puis me permettre, Mr Schonnenberg n’était pas serein ces dernières semaines il disait subir des pression, des menaces ou je ne sais quoi, s’il a quitté le territoire, ce n’est certainement pas pour de l’argent, mais justement parce qu’il avait peur.

Le Président après une sonore expiration : je ne sais pas pourquoi mais toute cette affaire commence à prendre une tournure vraiment malsaine.

Le pauvre Krugher c’était un accident, aucun doute là-dessus mais là, son courtier, écoutez Largo si vous me le permettez je voudrais vous proposer ma protection, enfin celle de la Maison -Blanche…

Simon -Eh Larg’, t’as vu ce qu’il dise dans les journaux ? On t’accuse d’abattre les dirigeants de ta future compagnie ! Tu sais Largo, pour un homme de ta fortune, c’est mal vu de faire le ménage ! Je te taquine ! Au moins, on ne s’ennuie pas dans les maisons de presse !

Dites-moi, monsieur le Président, c’est moi ou vous êtes plus grand à la télé qu’en vrai ?

Le Président -Dites-moi Ovronnaz, vous êtes plus pittoresque dans la vraie vie ou dans votre dossier criminel ?

Simon -Oh ça va si on ne peut plus rigoler avec notre Président préféré, faut dire que vous avez fait fort avec votre Digital Tax, déjà que les fournisseurs internet nous douillaient bien sur les abonnements…

Le Président : Monsieur, je ne sais qui vous êtes mais vous pourriez être plus respectueux, nous sommes dans le bureau d’un homme qui vient de mourir.

Simon – « Je ne sais pas qui vous êtes » dixit celui qui a lu mon dossier criminel ! Certes un gros poisson vient de passer l’arme à gauche oui d’accord mais en quoi cela nous concerne ?

Le Président s’en va excédé.

Simon -Non mais je veux dire, pet-être que vous avez perdu un compagnon de golf mais franchement, un type qui signe un contrat et qui se taille pour pas le changer moi j’appelle ça un escroc, et je peux vous dire qu’en escroquerie, je m’y connais !

Largo -Simon, j’ai bien peur que l’on soit face à pire que de l’escroquerie.

Simon -Que vas-tu me sortir encore ? Tu sais à force de te faire du mauvais sang pour des pourris comme ce Schonberg, tu vas finir parano ou fou à lier.

Largo – Je ne sais pas, mais c’est comme si … je crois que quelqu’un veut s’emparer du groupe Krugher par tous les moyens, et empêcher quiconque d’autre de le faire. Je dois savoir pourquoi et contrecarrer ses plans avant qu’il ne soit trop tard.

Simon -Oh la tout doux vieux frère, t’es sur que tu veux te lancer là dedans, je veux dire, on ne sait même pas vraiment s’il est mort ce Schonberger ? D’ailleurs si j’étais toi, je me méfierais, et si tout ceci était un piège, une mise en scène pour te forcer à acheter un mirage à prix fort. Et si tout ça c’était un plan pour rendre ton groupe vulnérable…

Largo- Non mais Simon, je rêve ou tu deviens parano ?!

Simon -Parano moi !

Largo- Non ce n’est pas grave, j’en ai rencontré une d’ailleurs aujourd’hui, très sympathique, c’est elle qui m’a fait ce bandage !

Simon -Tu parles de l’autre allumée qui vous a pris en otage ?

Largo -Ne l’appelles pas comme ça elle détesterai !

La directrice adjointe à Largo et Simon -Oh d’ailleurs à ce propos, elle a demandé par média interposé d’être reçu à la Maison -Blanche, elle dit qu’elle est sûr qu’il existe un complot pour faire disparaître les grandes compagnies privées du pays … Non mais vous vous rendez compte ?

Le Président, en train de joindre personnellement Schonnenberg, a entendu ce que la directrice adjointe a dit.

Le Présisdent -ah bon ? Je vais lui téléphoner ! Il télephone directement à Mathilda Heck qui est engagé dans une course poursuite suivi en live dans tout le pays sur toutes les chaînes de télévision du pays au volant d’un bus scolaire volé, traquée par toutes les unités de la police de l’État de l’Oregon.

Le Président donne rendez-vous à Mrs Heck à la maison de courtage Schonnenberg pour explication, avec l’assurance qu’elle ne sera pas arrêté !

La conversation surréaliste est enregistré et diffusé en direct sur les réseaux sociaux par un enfant pris en otage par Mathilda Heck.

Toutes les voitures de police qui la poursuivaient s’arrêtent, laissant partir son bus bringuebalant, avec à son bord des enfants apeurés ou enthousiastes. Plus enthousiaste que le chauffeur de bus bâillonné !

Le bus arrive à la maison de courtage.

Mathilda – enchanté, moi c’est Mathilda, Mathilda Heck, avec un k comme dans kick boxing ou kangourou, c’est un honneur président, j’ai voté pour vous hein, sauf aux primaires, mais vous n’étiez pas assez charismatique à ce moment là, par rapport à Gomez, enfin bon, ou est Ice Bucket ?

A Largo, je suis content que vous soyez en vie, bonjour moi c’est mathilda, (elle se tourne vers Simon qui dépareille presque autant que Largo de par son apparence plus sportwear que casual chic) vous vous n’êtes pas de la maison, vous êtes là pour qui ?

Simon -Mais pour vous Madame ! Simon Ovronnaz pour vous servir.

Ovronnaz se plie en quatre et lui fait le baise-main.

Elle lève un sourcil, la directrice adjointe écarquille les yeux.

Heck -Bon Monsieur le Président on a dit que vous vouliez me parlez alors parlons, voila ce que je pense.

Elle expose son point de vue avec Largo et le Président US.

Au terme d’une discussion passionnante autant que harassante, Heck est escorté, le président lui offre le gîte à la maison -blanche, elle refuse : « Je ne vais pas me faire pouponner au frais du contribuable, je retourne chez moi !

Largo Winch la retient : « Enfin voyons Madame, votre maison est sans dessus-dessous ! La police a quadrillé la zone ! Mais dites-moi… vous ne regardez pas les journaux vous hein ?  »

Mathilda se ravise sous les conseils de son hôte d’un soir et monte à bord d’un jet de la flotte présidentiel, lançant au président avant de partir :

« Pour la prochaine fois, réservez-moi le Air Force One ! »

Winch- J’ai mieux, le Mowgli Jet !

Mathilda : Quoi ?

Les agents la font monter dans l’avion qui ne tarde pas à prendre son envol.

Le Président – Quelle femme !

Un agent du Secret Service -Monsieur le Président, votre femme au téléphone !

La First Lady au bout du fil : De quelle femme tu parles Kenny ?

Le Président – Oh personne chéri, et je t’ai toujours dit de ne pas m’appeler Kenny au téléphone, Kenneth c’est pas compliqué, K-EN-N-E-T-H !

La First Lady- Ne change pas de sujet

Le président à Winch-je vais devoir vous laisser un appel diplomatique vous savez…

Largo, Simon et la directrice y consentent avec un air entendu.

La directrice – alors qu’allez-vous faire ?

Largo – Vous êtes déjà d’aller en Nouvelle Zélande ?

Largo, Simon et la directrice se retrouve dans le jumbo jet au dessus du Pacifique, en direction du Pacifique

Simon -Largo, qu’est ce que tu cherches là-bas ?

Largo- Je ne sais pas… mais quelque chose me dis que quelque chose de fort , de puissant et de sombre se trame ; Quoi que cela soit, et quoique je fasse, il va me trouver, alors autant prendre les devants.

Simon -Je le sens mal cette histoire mais bon Largo, si tu plonges dans l’océan, je plonges aussi, alors trinquons à l’Australie… euh à la Nouvelle Zélande !

La directrice : dites, c’est vrai ce qu’on raconte sur la Nouvelle-Zélande, qu’il y fait froid et qu’il il vit vingt fois plus de moutons que d’hommes ?

Largo – au moins si jamais les choses se passent mal, on aura la viande et la fourrure !

Simon qui allait boire du champagne le recrache : Ah saloperie Largo, ne me refait plus jamais ça, je t’ai toujours dit de garder ton humour noir pour toi quand je suis à table, on peut s’étouffer avec tes conneries.

Tu ne trouves pas qu’il y’a déjà assez de morts comme ça tu veux me rajouter sur la liste, l’ex Présidnet de la Winchair retrouvé mort dans le jet de Largo en direction de la Nouvelle Zelande, là ou le courtier de feu Krugher a péri dans un crash en pleine mer, t’imagines le tableau, non mais t’imagines un peu ?

La directrice éclate de rire

La directrice – vous êtes trop mignons tous les deux, on dirait un vieux couple !

Simon le prend mal – un vieux couple t’entends ça Largo ?

La directrice -non mais c’est pas méchant au contraire…

Largo -allez fais pas ton susceptible mon doudou…

Simon -Arrêtes un peu, tu as passés l’âge …tiens mais c’est quoi ces lumières là-bas ?

Largo-quelles lumières ?

La directrice : Non de Dieu !

Simon : Dis-moi que c’est pas vr…!

Largo -FREEDY PLONGE !

Deux rayons viennent de percuter le Jumbo Jet, s’il n’avait pas dévier, il était fait pour de bon.

Le Jumbo jet perd de l’altitude puis se crache dans l’océan.

Le survivants se retrouvent , un avion de chasse revient, les survivants plongent dans les tréfonds des eaux tumultueuses sous l’impulsion de Freddy, l’avion lâche un rayon qui trouble les eaux et tétanise les rescapés, puis repart.

Largo Freddy et Meghan (il était temps de faire les présentations) remontent à la surface, sauve Simon et nage nage jusque l’épave de l’avion.

Ils sont sans vivre , avec Simon inconscient au beau milieu de l’océan, dans l’obscurité la plus terrifiante.

À SUIVRE …

Voir d'Autres Sujets : W

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés