K1FO FR

(FRANCE = CIRQUE) ? : LE CLOW ET LE COQ

(FRANCE = CIRQUE) ? : LE CLOW ET LE COQ

LE CLOWN ET LE COQ

Vous n’y aurez pas échappé; les médias français s’en donnent à cœur joie : La France aurait besoin d’un clown.

Je précise; en France aura lieu l’an prochain l’élection présidentielle de 2022 : or il est de cela 40 ans, François MITTERRAND était élu Président de la République française, devenant le premier socialiste Chef de l’État de France sous la Cinquième République. 40 ans auparavant, l’élection présidentielle de 1981, qui opposa l’élu de la Nièvre au Président sortant auvergnat Valéry GISCARD D’ESTAING, failli pourtant ne pas donné lieu au match retour du débat présidentiel ayant opposé GISCARD D’ESTAING, alors candidat pour la première fois, à l’expérimenté François MITTERRAND, dont ce sera la deuxième tentative infructueuse, après celle de 1965 qui le vit se confronter au Président Charles DE GAULLE.

En effet, un candidat surprise nommé COLUCHE, de son vrai nom MICHEL COLUCCI, humoriste de son état, se présenta à l’élection suprême, avec l’intention affichée de « plier en quatre » la France qu’il estimait « coupée en deux ».

Afficher l’image source

Si les sondages, dont la véracité de la justesse est à discuter selon les convenances personnelles de chaque électeur, ont crédité MICHEL COLUCCI de 16 % des suffrages à la dite élection présidentielle de 1981, serait-ce là le signe que la France se prit au jeu, ou que les Français prirent la blague au sérieux ? Quoiqu’il en soit, les pressions naturelles qui s’ensuivirent, la gravité du contexte qui fit écho à la gravité profonde des propos comme de la campagne de Coluche qui voulait faire rire au détriment de la politique afin d’en dénoncer, non pas le sérieux -ce que l’on eut pu attendre d’un clown, mais le manque de sérieux, COLUCHE, après avoir été éprouvé par sa rupture avec sa compagne d’alors, entre autres calamités, se résigna à retirer sa candidature, car selon lui, elle ne le faisait même plus rire lui-même.

Là n’est-il pas le complexe du comique qui rend son art commun mais ne peut en accepter les griffures personnelles ?La politique, c’est du sérieux : la sentence est bien connue. L’humour n’est point sérieux jusque ce qu’il interroge ce dont l’esprit de sérieux ne peut s’accommoder. Si la politique est la concrétisation collective de l’esprit de sérieux, ses limites résideraient-t-elles en sa remise en cause ? L’humour, à cet égard, est-il la négation ultime de la politique , en ce qu’il en renie au moins l’aspect sacré, si ce n’est son fondement capital ?

La politique est décision sur la vie humaine, aussi le bourreau peut-il y côtoyer le bouffon, mais ce dernier, s’il divertit, et même oriente et conseille le peuple et le souverain, se peut-il faire roi lui-même ? Le rire qui devient roi, c’est le rire qui tue l’esprit de sérieux nécessaire au gouvernement; la figure comique qui aspire à diriger la cité, prétend à devenir ce dont il est la menace première : la contemplation laborieuse de l’autorité, à savoir le pouvoir guidant le peuple.

Afficher l’image source

Le rire interpelle, brise le cadre éthéré des apparences, et déjà fait sortir l’esprit du schéma auquel appelle la politique, celui des rôles et des charges : le rire décharge, et si le peuple s’en voit délesté de son fardeau, le souverain s’en voit retiré ses offices et ses privilèges, dont le premier est d’inspirer, dont d’inspirer le respect. Or le rire est une expiration, une expiation, un exutoire, presque un râle; mourir de rire n’est pas qu’une expression, et le rire exprime, lorsque le pouvoir imprime. S’exprimer par le rire, contre s’imprimer par l’action, ainsi se présente l’antagonisme entre humour et politique. Faire rire est-ce intéressé ? Rire, est-ce intéressant ? À de telles questions saugrenues mais non moins grinçantes en ce qu’elles entrouvrent des portes par l’atavisme closes, pouvons-nous substituer l’interrogation suivante : le rire est-il une action (politique), l’humoriste est-il un agent (politique) ?

Le rire peut servir un objectif; la candidature de COLUCHE a-t-elle entendu montrer que la politique française, se voulant sérieuse, donc au-dessus des considérations populaires, en était, par volonté de plaire, devenue profane, tant et si bien qu’il n’y avait plus de différence entre le forum politique et la fête foraine; ou alors voulait-il dénoncer la politique comme un jeu, un divertissement ou, si la population en gagnait des souvenirs inoubliables, les véritables vainqueurs en était non pas ceux qui se présentaient à la foule, mais ceux qui tenaient les enseignes et organisaient l’évènement, en recueillant non pas les honneurs, mais les bénéfices ?

Quel serait pourtant le bénéfice d’une campagne politique, ou plutôt du processus démocratique électoral si ce n’est l’adhésion des citoyens ? Pour répondre à la question posée, il faudrait déterminer quel usage pourrait-il être fait de l’adhésion politique des citoyens , et quel bénéfice pourrait en être tiré. Ainsi parviendrons-nous alors à la question des intérêts. Les intérêts régissent-t-ils l’organisation politique, et en sont-ils l’origine et l’inspiration, et même la finalité première ? Nous pourrions pour ménager celles et ceux qui ont prendraient ombrage postuler que tout serait affaire d’intérêt, et qu’il ne devrait se pouvoir que l’organisation politique française, si elle n’est exclusivement liée à la France, n’y soit ultimement subordonnée, donc à son intérêt.

Afficher l’image source

Rire est-il dans notre intérêt ? Le rire aurait-il des vertus thérapeutiques, et l’absence si ce n’est d’humour, d’un certain entrain ou amour de la tâche, pourrait-t-il bien être néfaste qu’encore faudrait-il déterminer de quel ouvrage il faille nous recommander le travail, puisque nous évoquons la France et son intérêt premier, qui ne peut être en absolu tourné vers autre considération que la sienne propre, serait-il alors abscons de formuler que le travail premier des Français serait la France, ouvrage il est vrai considérable, bousculé, révéré, et tenant, soutenu par lui-même, par delà les âges ?

FRANCE, œuvre commune des Français, serait-ce là matière à rire ? Entendons-nous bien : comme il est établi une différence entre la direction ou le gouvernement politique d’un pays et le pays lui-même, il se peut être une considération de la politique ou des responsables nationaux, dont ceux ayant pour voie la politique, sans que celle-ci ne soit par synecdoque, réputé celle de la Nation même. Pourtant, la France, et notre propos ne peut faire l’objet d’aucune réserve, est une entité rare, hybride et absolue, ou la politique se confond intimement avec le corps national :

La France est sa politique, et l’état de sa politique présage non seulement de son État, mais de l’état de la Nation française.

Aussi, rire de la politique française, ou des responsables politiques français, serait-ce en vérité rire de la Nation ? La Nation française se liant à son peuple, à son territoire et à son histoire , le rire adressé à la Nation française, assurément, ne saurait ne pas être et paraître comme un rire adressé à sa destinée.

Or, si la France a une Destinée peu commune, et que le rire est ou une interpellation, ou une interruption du sérieux, alors le rire politique, puisque la politique de la France et la France se confondent, est ou une interpellation, ou une interruption de la vie de la Nation française.

Afficher l’image source

Pour s’en convaincre, il suffit d’aborder la question de la candidature de COLUCHE aux présidentielles, de manière analytique, sérieuse, même si nul ne vous défend d’en rire : Le rire coluchien n’était t-il pas un aboiement goguenard qui a comme interrompu le processus démocratique ? Tout à coup, tout devenait sérieux, alors que la langue était tirée : Que se passe t-il ? Est-ce véritablement vrai ce à quoi nous assistons ? N’est-ce pas un rêve ? Comment cela est-il possible ? Où donc va nous nous emmener cette histoire ? Et si . . . Et si ? Et si jamais ?

Selon la formule consacrée, avec des si, Paris serait en bouteille, le rire embastille le futur, pour déstabiliser le présent, dont avec une vertu parfois cathartique. Le rire, s’il raconte, souvent est l’art de l’imagination, et à propos laisse imaginer. Et si ? Alors que le rire interromps, le rire politique, lorsqu’il devient action et agent politique, semble mettre le monde en bouteille, et tout d’abord son champ d’action géographique, car il est la destinée en offrande à l’inconnue des probabilités.

La politique est toujours intervention d’un agent ou d’un évènement; ordinairement, l’agent fait l’évènement; avec le rire, les règles se renversent : c’est l’évènement qui fait l’agent, même si l’agent voudrait nous persuader du contraire en créant l’évènement. Pourtant, si le rire politique crée l’évènement, le rire, en réalité, à lui seul, devient sa raison d’être, l’évènement, l’aimant qui aiguille les astres. Nul astrologue ne saurait prévoir l’éclat de rire qui viendrait perturber ses prévisions. La Pythie de Delphes sourit-t-elle pendant sa transe ? Si le rire est parfois prévisible, rire de la politique l’est moins, mais parfois devient si commun que le rire politique ne devient même plus évènement, mais banalité; prévisible, il en devient risible.

Afficher l’image source

Or, en souvenance, moins, de la victoire de MITTERRAND, que de la défaite de COLUCHE, qui n’a même pas pu concourir(e) au premier tour de l’élection présidentielle de 1981 car le rire n’y était plus, les médias, c’est-à-dire les plateformes ou rayons présentant à nos sens ce qui devrait pour nous être digne . . . d’intérêt, avec grande alacrité, nous tiennent ceci pour acquis : La France aurait besoin d’un « clown », dans le sens d’un nouveau challenger imprévisible, qui viendrait du milieu de l’humour, du divertissement, des arts, et viendrait balayer le carcan politique actuel. N’est-ce pas étrange que les médias entendent piocher parmi l’un des leurs pour en faire le trublion de la course à la présidence, sans que cela ne les émeuvent en ce que cela dirait de leur profession, et de la considération qu’ils en ont de celle-ci ?

Pourquoi une telle volonté de la pat de nos médias nationaux, qui, de leurs rêves, sans doute nés de quelque signe lointain, voudrait en faire notre réalité ? Prévision, ou prédiction, serait-ce déjà un sondage avant l’heure ?

Alors, posons la question : La France doit-elle se livrer, dans tous les sens du terme, à la plaisanterie ?

Bien sur, tous les termes en présence pourrait sembler, depuis que j’ai introduit les médias dans mon propos, légèrement grandiloquents ou incorrects; il faudrait bien les préciser, pour, cela serait-il possible?- donner raison à ceux-ci, non dans la sémantique mais dans la dialectique. Il ne serait point inutile donc de se livrer à la maïeutique du présupposé cirque politique français dressé par les médias hexagonaux, eu égard à l’accouchement prochain, de par la France, de son nouveau futur Chef de l’État, à moins ce que celui-ci ne soit avorté, pour privilégier son héritier favori, le Président Emmanuel MACRON, qui ne pourrait souffrir de voir son existence politique être mise à mal de manière trop prématurée.

Afficher l’image source

2022 est proche, et déjà passé. Du rire et de l’autorité, du rire et du pouvoir, du rire et du peuple, serait-ce passer du rire aux larmes ? À l’aurore des temps nouveaux, le chant du coq sera-t-il couvert par la fanfare des augustes conteurs ? 2022 est déjà loin, et 1981 revient à la charge, avec 1984 en embuscade. Il serait alors temps de reprendre son sérieux : le tournant de la rigueur nous guette . . .

Nonobstant le clown, la France aurait-t-elle joué son joker ?

GNADOU ATHYTHEAUD

Références :

Sources images :

  • https://th.bing.com/th/id/OIP.BkjDH7KXH-FFkDC0LTMmTAHaFB?pid=ImgDet&rs=1
  • https://www.lestrademensuel.fr/wp-content/uploads/2016/07/COLUCHE-president.jpg
  • https://www.foundmyself.com/gallery/albums/userpics/16107/king_s_procession.jpg
  • https://th.bing.com/th/id/R98127c7cf9ab58caf5108fed1dacd3ad?rik=l6%2bfYsBs94rTDA&riu=http%3a%2f%2fwww.abbaye-landevennec.fr%2fwp-content%2fuploads%2f2020%2f04%2f20170921_163410-1024×576.jpg&ehk=oxNCErqket5uc3Iw1ic0G9bzAKUbH1qO90TGWobAvb0%3d&risl=&pid=ImgRaw
  • https://www.untvweb.com/news/wp-content/uploads/2017/04/IMAGE_REUTERS_APR212017_Election.jpg
  • https://marvelarchitects.com/files/resize/1200×0/files/images/hero-lyric-theatre-629551.jpg
  • https://www.tonmag.fr/wp-content/uploads/2021/05/Emmanuel-Macron-800×445.png

K1FO FR

Deputy CEO HGOAH, Project Management Assistant TRANSAFRIKHA

Voir d'Autres Sujets : K1FO FR

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés