Asie

L’armée philippine repousse les rebelles hors de Zamboanga

L'armée philippine dit avoir repris une bonne partie de Zamboanga, une ville portuaire du sud du pays, et libéré près de 200 personnes retenues en otage par des rebelles islamistes depuis neuf jours. /Photo prise le 17 septembre 2013/REUTERS/Erik De Castro
L’armée philippine repousse les rebelles hors de Zamboanga
K1fo

La bataille de Zamboanga, a fait une centaine de morts, a annoncé l’armée ce mardi. Dans ce grand port de Mindanao au sud des Philippines, des indépendantistes musulmans affrontent depuis plus d’une semaine les forces gouvernementales.

Au total, 86 rebelles du Front moro de libération nationale (MNLF), neuf membres des forces de sécurité et quatre civils ont été tués dans les combats, selon le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Ramon Zagala. Quelque 70.000 personnes ont par ailleurs été déplacées.

Le bilan restait cependant provisoire car si les forces d’élite ont repris quelque 70% des zones occupées par les rebelles dans deux villages côtiers proches de Zamboanga, une centaine d’insurgés continuaient d’opposer une vive résistance.

Des centaines d’habitants pris au piège

Autour de 200 combattants du MNLF sont arrivés le 9 septembre à Zamboanga, ville portuaire de près d’un million d’habitants dont le fondateur du MNLF avait peu avant unilatéralement déclaré l’indépendance.

Des centaines d’habitants se sont retrouvés pris au piège par les insurgés tandis que des milliers d’autres parvenaient à s’enfuir. Selon l’armée, les hommes du MNLF ont pris des centaines de personnes en otage afin de se constituer des boucliers humains. Près de 150 d’entre elles ont été libérées ou se sont échappées dans la nuit de lundi à mardi grâce à l’avancée des troupes gouvernementales. Ces hommes, femmes et enfants, en état de choc, ont été amenés par camion dans une école.

Mindanao, l’ une des régions les plus déshéritées

Lundi, l’armée avait lancé pour la première fois des frappes aériennes, permettant aux militaires d’effectuer des percer dans les zones occupées par les rebelles. Des tirs ont retenti toute la nuit. Dans Zamboanga, un des principaux carrefours commerciaux de l’île de Mindanao, les écoles restaient fermées mardi tandis que les liaisons par ferry et avion étaient toujours suspendues.

Mindanao dispose d’importantes ressources naturelles mais est une des régions les plus déshéritées de ce pays déjà pauvre en raison de décennies de violences. On estime que plusieurs zones de l’île échappent de fait au contrôle de l’Etat.

Le MNLF s’estime marginalisé par les négociations en cours entre le gouvernement et les groupes séparatistes, en vue de créer une région autonome — et non indépendante — dans le sud des Philippines, une région majoritairement musulmane dans le plus grand pays catholique d’Asie.

La guérilla indépendantiste, qui a commencé dans les années 1970, a fait 150.000 morts et déplacé des centaines de milliers de personnes. Depuis 2003, date d’un cessez-le-feu, la violence meurtrière, à défaut de la pauvreté, a cependant baissé d’intensité.

Source : L’Express Avec 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Asie

Voir d'Autres Sujets : Asie

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés