Afrique

GNADOU DANO ZADY (Biographie Youkwi)

GNADOU DANO ZADY (Biographie Youkwi)
GNADOU ATHYTHEAUD

GNADOU DANO ZADY est un homme politique et entrepreneur des médias ivoirien, né le 1er janvier 1970, Président du Parti Ivoirien du Peuple (PIP) et fondateur du Mouvement Khadhor’.

Fils de GNADOU AMACKHA et de GNADOU PAULINE, GNADOU DANO ZADY se révèle un étudiant brillant, passionné par la Science. Il fonde à cet effet avec des camarades de classe l’Académie des Sciences de Zikisso.

Surnommé « Weinceslas de JR » par sa génération et ses aînés, GNADOU DANO ZADY et beaucoup de jeunes de ses connaissances entreprennent de mettre sur pied une collecte collective géré par tous qui permet de réunir une bourse. Celle-ci permet à la jeunesse d’organiser des sorties culturelles, les festivités des élèves,l’achat de matériel et de fourniture.

Son père, GNADOU AMACKHA, dit le « Vieux GNADOU », décède alors que DANO ZADY est âgé de douze ans. Ses frères et sœurs et lui se doivent d’apporter leur concours à leur mère, pour le travail au champ, mais aussi s’entraider encore plus.

Se destinant à devenir pilote d’avion, JR étudie les mathématiques et obtient un master de mathématiques. Il passe et réussit le concours d’aviation, mais le fait qu’il soit jeune père notamment l’empêche de partir pour le centre de formation aéronautique en U.R.S.S.

À son arrivée en France avec sa femme GNADOU LESSOUHON, GNADOU DANO ZADY doit malgré ses qualifications effectué dans un premier temps des boulots de gardiennage etc avant de faire valoir ses connaissances scientifiques et techniques qui l’amènent à intégrer la BRINKS où il devient Chef de la Sécurité.

En 2001, conscient que la crise politique ivoirienne ne pourra se régler par et pour les intérêts des uns et des autres, et que celle-ci ne va aller qu’en s’empirant, comme le futur le lui prouvera malheureusement, GNADOU DANO ZADY crée le Parti Ivoirien de l’indispensable (P.I.I) pour sortir de l’impasse vers laquelle « la Suisse de l’Afrique » se précipitera par la suite.

GNADOU DANO ZADY établit également cette année le fait qu’un être humain ne devrait jamais être désigné à partir d’une couleur, car cela chosifie et le déshumanise. Il met en évidence qu’il est inacceptable par exemple de parler d’Amérindiens comme des « Peaux-Rouges », d’appeler un Asiatique « Jaune » ou un Africain « Noir ». Il fonde alors le Mouvement Khadhor’, qui a pour fondement de faire respecter la dignité de tous les peuples, le respect de chaque être humain et l’Alliance des Nations vers un avenir proche de prospérité commune.

En effet, les États, les entreprises et les cultures ne sont plus séparés mais impliqués dans un même environnement. Celui-ci ira soit vers la guerre de tous contre tous, avec à la clé destruction et répercussion fatale sur les fautifs (comme cela le fut après la Seconde Guerre mondiale sur le IIIe Reich et comme cela le sera sur notre ère si nous n’infléchissons pas la tendance environnementale).

Ou alors cette Alliance s’implique entièrement non vers une paix sans moyen de l’assurer, mais vers un développement pionnier commun, ou l’on fait s’exprimer les projets et plans positifs.

 

En 2004, GNADOU DANO ZADY, non sans avoir préparé sa famille au combat politique, se décide à mené son projet politique en Côte d’Ivoire.

Sa femme élève leurs enfants en France, à Maisons-Laffitte. Profitant de l’absence de GNADOU Dano Zady, ses adversaires politiques et leurs affidés se muent en prédateurs, persécutant sa famille. Le 7 août 2006, célébration du jour de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, sa famille est expulsé avec grande violence et force humiliation de son domicile.

Revenu en urgence de Côte d’Ivoire, GNADOU Dano Zady sera durant les années qui suivront l’objet d’un acharnement et d’une véritable persécution, qui n’entameront pas sa détermination ni la vigueur de son engagement social et politique.

Les péripéties et les persécutions, et le déchaînement de la haine ne manqueront pas. Le 8 octobre 2008, alors que ses enfants rentrent de l’école, ils doivent faire face à l’épreuve la plus désolante: des policiers par dizaines procèdent à la rafle de toute la famille GNADOU, dépossédé, spolié, corps et biens et jetés à la rue.

La famille GNADOU est déportée dans un centre de détention et d’asile à Achères Grand Cormier, où ils seront enfermés et persécutés pendant plusieurs années. Au milieu des personnes laissées à la marge ou mis à l’écart, GNADOU Dano Zady résiste aux tentatives de subversion insidieuse et annihilation, et porte plus haut encore sa lutte pour le respect de la condition de l’homme, et l’alliance des peuples.

Ainsi, face aux injustices et privations subies par ses co-résidents, ou ses co-détenus selon la perspective emprunté, GNADOU Dano Zady décide de se battre pour leur dignité et le bien-être des habitants du Centre du Grand Cormier. Il fonde le Journal du Grand Cormier, qui rétablit la fierté des résidents, la vérité sur leurs conditions de vie, et poursuit son oeuvre d’harmonisation de leur cadre de vie. L’isolement, l’infantilisation et le danger cède au fur et à à mesure la place à la concorde, l’initiative et la sécurité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir d'Autres Sujets : Afrique

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écrits et vous ferez peut-être la Une de K1fo

Envoyez tout cela à K1fo qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@k1fo.info

K1fo | L'Univers des Médias

Suivez-nous sur Facebook

K1fo Go ! Logo Bare V2

Copyright © 2015 K1fo. Tous droits Réservés